Et là ? Je prends où ?

Les routes sont d’interminables sources de plai­sirs et de sur­prises, de réflexions et de ques­tions sans réponses… Que ce soit celles d’Éthiopie qui per­mettent de com­prendre ce que fut la France avant le tour­nant des années 50 – 60, les routes d’Écosse qui me pro­jettent dans tous les pay­sages val­lon­nés du reste du monde, l’interminable et morne tra­jet Paris-Berlin (et retour) ainsi que toutes les routes que je n’ai pas faites, mais que j’ai vus dans les films amé­ri­cains, ira­niens, sur les déserts d’Afrique, les tra­ver­sées des mon­tagnes en Amé­rique latine…

Toutes ces routes qui nous donnent la sen­sa­tion de perdre notre temps ou de nous le réap­pro­prier, méta­phores de nos vies, de nos impasses, de nos désirs de reprendre la main, d’aller plus loin. Espé­rance de conti­nuer le che­min, encore un peu, sen­sa­tion du temps qui passe ou d’un pré­sent inter­mi­nable. En musique ou en silence, à refaire le monde ou à se taire, seul ou accom­pa­gné. Toutes ces routes qui nous donnent envie d’autres routes, plus longues, plus loin­taines, plus ennuyantes, plus sur­pre­nantes, enfin, tout ce qui nous fera sen­tir que nous sommes encore en vie et que c’est loin d’être fini.

About Pierre-Emmanuel Weck

Photographe