Pour le respect des droits et de la dignité humaine

Manifestation à Saint-Michel, le dimanche 7 juillet en soutient au sans-papier et aux Rroms.

Les expulsions et destructions de bidonvilles se succèdent dans toute la France. La police jette à la rue les familles et les bulldozers réduisent en charpie leurs cabanes et leurs biens. Le rythme s’accélère et de nombreux terrains sont menacés d’expulsion dans les semaines et les mois à venir. Que deviennent les familles ? Où vont-elles s’abriter ? Comment poursuivre un accompagnement médical et scolaire ? La seule solution apportée est de mettre les familles la rue. Être à la rue serait-il plus sûr et plus digne que de vivre dans un bidonville ?

Pourtant la circulaire interministérielle du 26 août 2012 prévoit un diagnostic social individualisé en amont des expulsions, afin de proposer « des solutions d’accompagnement, dans les différents domaines concourant à l’insertion des personnes : scolarisation, santé, emploi, logement ». En réalité, la circulaire est restée lettre morte pour une grande partie des évacuations ou se résume la plupart du temps à un simple recensement des personnes.

Dans le meilleur des cas, un hébergement temporaire à l’hôtel est proposé pour une infime partie des familles, souvent très loin de leur lieu de vie. On est bien loin d’un  projets d’insertion…

Dans la France du 21ème siècle, on interdit à des enfants d’aller à l’école car ils sont pauvres et étrangers. On interdit à des hommes à des femmes de travailler car ils sont roumains ou bulgares. Les autorités participent à la montée d’un climat xénophobe de par la manière dont les Rroms sont traités, aussi bien dans les discours que dans les actes.

About Pierre-Emmanuel Weck

Photographe

Laisser un commentaire