Salon du livre de la jeunesse de Montreuil

J’ai été libraire, pendant une semaine, à la librairie sur le cirque au salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil.

Si les journées durent souvent plus de 10h, chaque jour fut différent.

Le mercredi, ce sont les centres aérés. Des hordes d’enfants déferlent sur le stand, encadrés par des animateurs à peine pubères qui, quand on le leur rappelle, comprennent bien que les livres ne doivent pas trop être manipulés nerveusement et emmènent les enfants en face à la bibliothèque.

Les jeudi et vendredi, ça pourrait ressembler au mercredi mais là, « l’encadrement » est (mal)assuré par les instits. La librairie sert alors principalement d’espace de stockage des classes pendant que les profs font une pose entre deux expositions. C’est un défilé de caricatures. De la dépressive qui cherche une reconnaissance, à la vieille autoritaire sans imagination, de la midinette à peine diplômée, comme vide, ne cadrant strictement rien à la bourgeoise outrée que l’on ne lui fasse pas de réduction… On fini par comprendre pourquoi, sans même avoir à se remémorer les absurdités que l’on a vécues enfant, on avait un fond de rancune envers ce corps de métier.

Le vendredi soir avec la nocturne et les samedi et dimanche, ce sont les familles. On voit passer plein de bébés, les poussettes forment des embouteillages mais c’est assez plaisant. On remarque les différents comportements sociaux des parents envers le livre. Il y a ceux qui poussent leurs enfants à les prendre en mains (c’est un produit normal de tous les jours) et ceux qui se sentent gênés par tous ces tas de feuilles, ne savent où poser le regard et entraine leurs enfants loin de la librairie pour aller plutôt écouter les clowns sur la piste à côté.

Et puis il y a le lundi synthèse de toute la semaine : mépris, arrogance, dédain, je-m’en-foutisme… en quelques minutes les rayons sont dans un bazar incroyable, ça tripote les livres avec leurs doigts gras tout en mangeant leur sandwich, on a dû retirer plus de livres abimés en cette journée que pendant toutes les précédentes…

Heureusement, l’équipe du salon était aux petits soins et l’espace VIP était pourvu de café et de fraises tagada !

About Pierre-Emmanuel Weck

Photographe

Laisser un commentaire