Littérature estoniènne

J’ai retrouvé la directrice de la BULAC (bibliothèque universitaire des langues et civilisations) à qui j’avais proposé, il y a quelques années, un projet de reportage photo sur les différentes bibliothèques avant leur regroupement sur le nouveau site dans le quartier Seine-Rive-Gauche. Ce projet avait abouti sans moi puisque d’autres auront profité de nos discussions mais que je ne fus pas retenu lors de l’appel d’offres…

Ce soir-là, j’avais ma casquette de libraire. Je m’occupais de vendre la revue Internationale de l’imaginaire dont le numéro 26 avait pour titre « Labyrinthe du réel » et portait les sur écrivains estoniens contemporains. Il y avait donc à la tribune Indrek Hargla…

… et Mehis Heinsaar qui après nous a expliqué comment il s’était perdu dans Paris. Tous deux, comme les autres écrivains sélectionnés dans la revue écrivent des nouvelles dans le genre « réalisme magique » propre à Cortázar, García Márquez, Borges… mais aussi Buzzati.

About Pierre-Emmanuel Weck

Photographe

Laisser un commentaire